Non classé

Survivre au SIDA

Le sida d’un patient du Royaume-Uni est maintenant « invisible » à la suite d’une greffe de cellules survenue – dans la deuxième situation de ce type, indique le médecin en général. La personne touchée par le syndrome de London, qui a été traitée pour des cancers, est en rémission du VIH depuis 18 mois et ne consomme plus de médicaments contre le sida. Ils disent qu’il est en fait trop tôt pour mentionner que la personne est « soignée » du VIH. Les spécialistes répètent que l’approche n’est tout simplement pas fonctionnelle pour le traitement de la majorité des personnes vivant avec le VIH mais qu’elle pourrait un jour aider le patient à trouver un traitement curatif. Le type londonien, qui n’est pas désigné comme tel, a été identifié comme séropositif en 2003 et atteint d’un lymphome de Hodgkin avancé en 2012. Il a subi une radiothérapie pour traiter le cancer de Hodgkin et, en outre, des tissus souches ont été implantés d’un donneur résistant au VIH, entraînant finalement la rémission du cancer et du VIH. Scientifiques d’Université ou d’un collège, d’un collège ou d’une université de Londres, Royaume-Uni, de l’Imperial College London, du Royaume-Uni, d’Oxford et de Cambridge Les établissements d’enseignement travaillaient tous dans cette affaire.

C’est fondamentalement la deuxième fois que le patient pris en charge de cette manière a fini par être en rémission du sida. Il y a 10 ans, un autre individu affecté à Berlin a obtenu une greffe de moelle osseuse de votre donneur avec une défense organique contre le virus informatique. Timothy Dark Brown, qui aurait été le premier à « vaincre » Aids / Assists, a reçu deux greffes et une irradiation générale du corps (radiothérapie) pour la leucémie – une méthode de traitement plus hostile. « En accomplissant la rémission chez un patient suivant en utilisant une technique apparentée, nous avons maintenant prouvé que cette personne affectée à Berlin n’avait pas été une anomalie et qu’il s’agissait donc véritablement des techniques de traitement qui éliminaient le sida chez ces 2 personnes », a déclaré le professeur Prof Ravindra Gupta, de l’UCL.

Bien que la découverte soit passionnante, elle ne constitue pas un nouveau traitement pour les millions de personnes dans le monde qui gèrent le sida. Le traitement hostile était généralement utilisé pour traiter la tumeur maligne du patient, pas son VIH. Les remèdes récents contre le sida sont vraiment efficaces, ce qui signifie que les personnes atteintes du virus peuvent mener une vie longue et saine. Mais la raison pour laquelle cette affaire est si importante est qu’elle pourrait aider les experts qui recherchent de nouvelles façons de lutter contre le VIH et de trouver un traitement curatif. Comprendre comment le corps peut naturellement résister à l’infection laisse espérer un tel espoir, même s’il reste encore beaucoup à faire. Le professeur Eduardo Olavarria, également de l’étude, de l’Imperial School London, a déclaré que les résultats obtenus en matière de greffe de cellules étaient convaincants que de nouvelles tactiques pourraient être conçues pour traiter le virus informatique. Mais il a ajouté: « Le traitement n’est pas approprié en tant que traitement standard contre le VIH en raison de la toxicité de la chimiothérapie, qui dans ce cas était nécessaire pour traiter le lymphome. »

Actu

Allemagne, le ni-ni

Un truc que j’ai toujours adoré chez les politiques : c’est leur faculté à ne pas prendre acte, à systématiquement tomber à côté de la plaque. Tenez, ce premier tour des présidentielles : beaucoup estiment que l’avance de Macron dénote le succès incontestable d’une nouvelle façon de faire de la politique. Mais c’est absurde : en réalité, une majorité d’électeurs a en fait voté de façon très pragmatique, et pas vraiment pour lui. La semaine dernière, j’ai fait un meeting à Berlin où j’ai abordé cette question avec mes collègues. Et la plupart d’entre nous avions décidé de voter Macron. Et nous le faisions globalement pour les mêmes motifs. Primo, pour empêcher l’élection de Fillon, qui a prouvé son incroyable bêtise et sa dangerosité lors de cette campagne. Ce n’est pas tant le Penelopegate qui lui a fait du tort, au final : c’est lui-même. Par son incapacité à faire face intelligemment à une crise, il a démontré quel homme il était vraiment : un homme volontiers totalitaire en situation de crise, et totalement incapable de se remettre en cause. Dans la même situation judiciaire, Sarko a à mon sens eu bien plus d’esprit que le supposé candidat de la probité. Ensuite, il y avait le poids du vote utile : pas mal d’entre nous voulions nous dresser face au Front National. Pas mal de gens auraient souhaité voter un autre candidat, mais s’en sont abstenus parce qu’il avait du plomb dans l’aile dans les sondages : les Républicains, évidemment, décrédibilisés par leur candidat dénué de toute logique ; et le PS, en proie à une dissension dont il ne se relèvera peut-être pas (ou très affaibli).
Beaucoup d’électeurs, en réalité, n’ont pas appuyé Macron pour son programme. L’homme est tout de même la perpétuation de Hollande, qui ne brille pas par sa popularité. La seule chose positive qui était dans le programme de Macron, finalement, c’est sa ferveur en l’Europe. En une époque où ce splendide concept est rejeté de toutes parts, il était urgent que le futur président français en soit un fervent apôtre.
Quoi qu’il en soit, j’ai été enchanté par ce meeting: j’ai trouvé l’ambiance vraiment excellente. Je vous mets en lien l’agence qui nous l’a organisé, si vous cherchez une agence événementielle. Plus d’information est disponible sur le site de l’organisateur de ce séminaire en Allemagne. Suivez le lien.

Actu

Un voyage intérieur

On en revient encore et toujours au smartphone, véritable couteau suisse du voyageur nomade. Présentée à Munich en mars dernier, l’application Smile de Lufthansa esquisse le voyage du futur avec une offre de 80 services à la carte qui seront accessibles via le téléphone du voyageur. “La nouvelle application va anticiper les attentes de nos passagers et leur offrir une totale indépendance dans leurs choix, indique Annette Mann, responsable des services clientèle du transporteur allemand. Nos enquêtes constatent que le passager d’aujourd’hui souhaite bénéficier d’un lien technologique, d’un service personnalisé, mais avec une autonomie de décision, raconte-t-elle. Cela correspond aussi à une érosion du produit tel que défini par les classes de voyage. Un passager peut par exemple voyager en affaires sur du long courrier et poursuivre son voyage en classe éco. 37La corruption est perçue par les policiers et les transporteurs comme un acte de solidarité et de survie. Le policier qui perçoit l’argent estime que son acte permet au transporteur de continuer à travailler afin de maintenir son commerce. De même, les chauffeurs et apprentis estiment que leurs transactions avec les policiers permettent à la fois de venir en aide à ces derniers et, aussi, de maintenir leurs activités. La réalité qui en découle, ce sont les retombées socio-économiques de cette pratique sur le bien-être financier de ces personnes. 38Tout au long de nos investigations, il est ressorti qu’au-delà des justificatifs à caractère social (solidarité, entraide, reconnaissance, etc.) les retombées financières se présentent comme une des raisons de la persistance et de la généralisation de la corruption. 39Ainsi, la corruption permet aux transporteurs (propriétaires, chauffeurs et apprentis) d’avoir des revenus qui leur permettent de se prendre en charge. 41À ces acteurs on peut ajouter l’analyse de Jean-François Médard qui fait ressortir le caractère redistributif des gains de la corruption et en justifie son impact sur la pauvreté. « Mais l’intérêt de cette corruption échange-social est qu’elle assure une certaine redistribution. Election présidentielle oblige, Michel Onfray revient également sur le paysage politique français qui a, selon lui, «perdu le sens de l’honneur». En outre, il estime qu’un Jean-Luc Mélenchon et une Marine Le Pen ne pourraient gouverner différemment. Ni «islamo-gauchiste», ni «islamophobe», il revendique une vision athée, l’esprit d’une «gauche libertaire» qui se doit de refuser l’idée reçue, en Occident, selon laquelle le «libéralisme est l’horizon indépassable du politique». Reste-t-il chez lui une lueur d’optimisme pour notre ère ? Peut-être, mais la tâche lui semble ardue face à «25 ans de déculturation par l’école et le journalisme mondain télévisuel dominant» qui ont «éteint le génie populaire». Pour notre civilisation qui serait en phase terminale, il ne reste, selon Michel Onfray, qu’à s’efforcer de disparaître debout et avec élégance. En élevant le débat. En parlant à l’intelligence des citoyens. L’AFA a lancé, en partenariat avec les associations d’élus locaux et le Centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT), une enquête en ligne auprès de 110 000 élus locaux et agents territoriaux. Elle portait sur la connaissance des atteintes au devoir de probité ainsi que sur les mesures de prévention prises par les entités publiques locales. En revanche, les entités du service public local ne déploient pas toujours les mesures susceptibles de prévenir ces infractions. Les mesures générales d’intégrité récemment imposées par la loi n’ont pas encore été totalement déployées : 21,1% seulement des entités disent disposer d’un référent déontologue et 14,3% ont mis en place un dispositif de recueil des alertes internes. Par ailleurs, les mécanismes dont l’efficacité anticorruption a été éprouvée dans d’autres secteurs sont encore peu utilisés. Si l’on parle de prestations sociales, l’argument ne tient pas. La sécurité sociale gère des assurés ; la plupart sont français et si les étrangers en bénéficient aussi, c’est pour la bonne raison qu’ils paient des cotisations, au même titre que les nationaux. Nul privilège dans ce système. Les deux seules prestations sociales spécifiques dont les étrangers bénéficient sont l’AME, qui permet de se faire soigner même si l’on est sans-papiers et le logement d’urgence prévu pour les immigrés. Mais les sommes engagées sont faibles en regard des masses financières de notre système social (même si elles portent sur plusieurs milliards). Michel Onfray veut-il supprimer ces deux types de prestation ? Si oui, qu’il le dise, au lieu de jeter un discrédit général sur la sécurité sociale, accusée de maltraiter les nationaux au profit des étrangers. On verra alors un philosophe venu de l’extrême gauche refuser qu’on soigne les sans-papiers. Onfray est-il sur cette position ? Ou bien se cantonne-t-il dans des généralités approximatives qui créent autour du FN un environnement favorable ? L’un des membres de la rédaction n’a pas vraiment apprécié le dernier ouvrage de Michel Onfray, Décadence. En effet, le raccourci entre christianisme et nazisme en a hérissé plus d’un. Billet d’humeur personnel que nous publions ici. Michel Onfray n’est pas particulièrement connu dans le monde universitaire pour être un parangon de rigueur intellectuelle. On s’en convaincrait facilement en observant l’affection qu’il porte aux conférences solitaires, aux universités qui lui appartiennent et aux débats télévisés où les contradicteurs ne sont pas plus spécialistes que les spectateurs. C’est à se demander si son éditeur le relit. Reconnaissons tout d’abord au profane que l’essayiste a le charme d’une éloquence fleurie et tout le pittoresque d’un bourgeois grasseyant, populaire et périphérique. Michel Onfray, c’est un peu le Jean-Luc Mélenchon de la classe de philosophie. Il semble maîtriser, avec un à-plomb déconcertant, tous les sujets que chacun a fait semblant de comprendre à l’école. Avec lui par exemple, la complexité des modèles théoriques de la physique quantique est tout à coup simple et lumineuse.

Non classé

Envisager les idées politiques

Tout le monde est des penseurs gouvernementaux. Qu’ils s’en rendent compte ou non, les gens utilisent les suggestions et les concepts du gouvernement chaque fois qu’ils expriment leurs pensées ou parlent de leur cerveau. Chaque jour, la langue est encombrée de termes tels que «droits», «égalité», «justice», «liberté» et «équité». De la même manière, des termes tels que «conservateur», «socialiste», «fasciste», «libéral» et «communiste» sont couramment employés par des personnes pour illustrer parfois leurs propres points de vue, ou ceux d’autres personnes. Cependant, même si ces termes sont familiers, voire banals, ils sont rarement utilisés avec une précision ou une compréhension claire de leur signification. Qu’est-ce que l’égalité, par exemple? Que suggère-t-il de mentionner que les gens sont égaux? S’ils sont égaux, les personnes nées sont-elles égales, devraient-elles être traitées comme telles par la société? Les individus doivent-ils avoir des droits légaux équivalents, des perspectives identiques, un effet gouvernemental identique et des salaires équivalents? De la même manière, des phrases telles que «communiste» ou «fasciste» sont normalement mal utilisées. Que suggère-t-il de téléphoner à un «fasciste»? Quelles sont les valeurs ou croyances des fascistes, et pourquoi donc les portent-elles? Comment les vues communistes peuvent-elles être différentes de celles des conservateurs ou des socialistes libéraux et libéraux? Cet article examine les idées et convictions de fond des principales idéologies politiques. Cette réflexion préliminaire examine la fonction des concepts dans la politique nationale, le caractère de l’idéologie politique, la valeur des catégories gauche et droite dans la classification des idéologies, ainsi que les principaux problèmes auxquels les idéologies ont été confrontées au XXIe siècle. Tous les penseurs gouvernementaux n’ont pas reconnu l’importance et la pertinence des idées et des idéologies. La politique a souvent été considérée comme rien de plus qu’un nu ayant un problème d’énergie. Si cela est vrai, les idées politiques ne sont que de la propagande, une forme de mots ou des slogans conçus pour gagner des votes ou attirer le soutien de la population. les idéologies et les idées ne sont par conséquent que des «revêtements», utilisés pour dissimuler les plus grandes réalités du mode de vie politique. Il s’agit bien d’un comportement fondé sur le comportementalisme, l’université de psychologie associée à John B. Watson (1878-1958) et B. F. Skinner (1904-90). Dans votre perspective du comportementalisme, les êtres humains ne sont guère plus que des modèles biologiques, conditionnés pour faire quelque chose (ou, bien mieux, pour répondre) aux stimuli extérieurs. Le sujet à considérer, ainsi que leurs idées, sentiments, valeurs et intentions, n’est tout simplement pas pertinent. Un «matérialisme dialectique», la forme brute du marxisme qui a repris l’investigation cérébrale en Union soviétique, ainsi que d’autres revendications communistes orthodoxes, est également similaire. Cette présentation a montré que les concepts gouvernementaux ne pouvaient être compris que dans la légèreté de vos activités financières ou scolaires par rapport à ceux qui les expriment. Les idées utilisent une «base matérielle», elles n’ont déjà aucune signification ou importance indépendamment. Pour cette raison, les marxistes orthodoxes évaluent strictement les politiques nationales concernant le type social et traitent les idéologies politiques comme une simple expression des intérêts de certains cours.

Non classé

Macron au fond du trou

Emmanuel Macron a déclaré qu’il aimerait réglementer comme le seigneur romain Jupiter, en restant plus haut que la mêlée des problèmes quotidiens du gouvernement. Mais moins de quatre-vingt-dix jours après le début de son mandat au bureau du président français, le montant de ses sondages montre à quel point il est mortel. Un sondage organisé par le Royaume-Uni, YouGov, a déclaré que le statut d’autorisation du jeune dirigeant avait diminué de 7 positions, passant de 43% à 36% au cours du mois de juillet. Le sondeur français Ifop a observé la même baisse au cours de la même période, notant que: «Hormis Jacques Chirac en juillet 1995, un président récemment élu n’a jamais vu sa réputation diminuer autant au cours de l’été juste après la sélection.» La baisse de popularité est à la baisse. En fait, le mois de juin a été bien différent de celui où chacun des Macron, accompagné de son fantastique Premier ministre, Édouard Philippe, avait découvert que leur taux d’approbation grimpait de 62 à 64% et de 55 à 64%, en conséquence. Cependant, la mesure de reconnaissance n’est pas totalement au-delà de la norme. L’ancien directeur, François Hollande, a aimé l’acceptation de 56% avec exactement la même période de sa présidence; son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, a été augmenté, se tenant debout à 66%. Le plus inhabituel est peut-être simplement combien de temps l’acceptation de Macron a été gérée. Sa présidence a profité de plusieurs avantages au début, notamment des réunions importantes avec des dirigeants inconnus, par exemple le président Trump (tous deux engagés dans une célèbre poignée de main dont Macron a admis par la suite qu’il était censé révéler qu’il ne ferait pas de concessions) et le président russe Vladimir Poutine (à travers lequel Macron a publiquement accusé les médias européens d’être «des agents d’effet et de propagande»). Même si ce type de conférences a évoqué le récit diplomatique de Macron (la France a été classée meilleure énergie douce du monde dans un questionnaire annuel, dépassant à la fois le dollar américain et la Grande-Bretagne), elles permettent de calmer les inquiétudes domestiques. Le politologue de l’Ifop Jérôme Fourquet a expliqué que la fanfare entourant Trump et les voyages de Poutine avaient été réalisés avec colère contre le grand public français, avec qui aucun des deux dirigeants n’était connu. Mais il a également attribué la baisse de popularité de Macron à son désir de revaloriser la règle du travail dans le pays, ainsi qu’à la réduction de 850 millions d’euros qu’elle avait offerte aux finances de la défense de cette année, un déménagement qui a entraîné la démission de Common Pierre de Villiers, chef de l’armée française. «Il a milité sur l’idée de perdre du poids pour le statut de français et de le rendre finalement plus compétitif», m’a confié le Dr David Lees, spécialiste du Warwick College spécialisé dans la politique nationale française. « Ces choses vont confirmer leur impopularité, car elles impliquent un grand bouleversement de la manière dont la France organise son organisation ». Ce bouleversement consiste notamment à réduire d’un tiers le nombre de législateurs français, à minimiser les investissements publics et à employer une variété de marchés. réformes financières agréables (comme les nouvelles politiques qui donnent aux employeurs une plus grande flexibilité d’utilisation et de possibilité de chauffer les foyers).

Loisirs

Ils refont le Vietnam

Les supposées attaques d’août 1964 contre deux destroyers américains dans le golfe du Tonkin a inauguré une nouvelle phase de la guerre aérienne en Asie du Sud-Est. Alors président Lyndon Johnson a qualifié ces incidents d ’« agression ouverte en haute mer »et a reçu une large autorisation du Congrès pour élargir la guerre au Vietnam, en commençant par avec des frappes aériennes navales de représailles contre les installations navales et les installations de stockage de pétrole dans Vietnam du Nord. Vers la fin de 1964, Johnson a lancé l’opération Barrel Roll, une deuxième nombre de missions d’interception parcourues par les routes communistes en développement dans le panhandle laotien. Après que le Viet Cong ait attaqué la base aérienne américaine de Pleiku en Février 1965, Johnson riposte par des raids contre des cibles situées juste au nord de la Zone militarisée (DMZ). Initialement connu sous le nom de Flaming Dart, ces missions de représailles s’est transformée en une campagne aérienne soutenue à partir de mars 1965. L’opération Rolling Thunder a été la plus longue campagne aérienne de l’armée américaine. l’histoire. Entre le 2 mars 1965 et le 31 octobre 1968, la marine, la force aérienne et la marine l’aviation a volé un million de sorties et largué un demi million de tonnes de bombes sur Vietnam du Nord. Rolling Thunder avait plusieurs objectifs. On était de persuader Hanoi à renoncer à son soutien à l’insurrection du Sud; un autre était d’élever le le moral des élites militaires et politiques du Sud-Vietnam; et un troisième était inter- diction – frappe des objectifs logistiques tels que ponts, routes et voies ferrées, signé pour réduire la capacité de Hanoi à soutenir la guerre dans le Sud. La majorité des missions Rolling Thunder ont été effectuées par des forces aériennes américaines. combattants basés en Thaïlande et des escadrons de combat et d’attaque de la marine américaine sur des transporteurs dans le golfe du Tonkin (appelé «station Yankee»). Pilotes et équipage Les membres de ces unités ont subi une part disproportionnée des forces armées. pertes de combat des vices. Sur les 532 prisonniers de guerre renvoyés par le nord du Viet Nam, en 1973, 501 aviateurs ont été abattus au nord, la plupart pendant Rouler le tonnerre. Pour plus d’informations, allez sur le site de ce baptême en avion de chasse.

Actu

Utiliser de l’hydrogène

L’hydrogène pourrait-il être la clé d’un monde sans carbone? Bien qu’un pourcentage élevé de l’hydrogène actuellement produit provienne de combustibles fossiles, une nouvelle baisse du coût de la production d’hydrogène «vert» sans émissions pourrait accélérer l’utilisation de l’hydrogène dans diverses applications industrielles. Avec l’augmentation de la demande de capacités en énergies renouvelables et la chute des prix, le coût de la production d’hydrogène d’ici 2030 pourrait chuter de 70% par rapport aux niveaux actuels. Selon un récent rapport de Morgan Stanley Research, le gaz vert à l’hydrogène semble être un moyen prometteur de réduire les émissions des procédés industriels existants, de fournir du carburant pour les autobus, les camions et les navires et d’aider les entreprises de services publics à gérer la stabilité du réseau électrique. Alors que l’hydrogène vert doit encore surmonter les obstacles à une adoption généralisée, les avantages d’une réduction globale du carbone pourraient en retirer des avantages dans le monde entier. Une adoption généralisée pourrait initier une révolution de l’hydrogène, en aidant pays et secteurs d’atteindre les objectifs de décarbonisation promis. Une association industrielle suggère que d’ici 2050, l’hydrogène pourrait représenter des ventes annuelles globales de 2 500 milliards de dollars américains, en hausse de 130 milliards de dollars en 2017. Plusieurs industries utilisent déjà l’hydrogène gazeux dans des processus industriels, le plus souvent dans la production d’ammoniac. Les sociétés pétrolières et gazières utilisent également l’hydrogène pour éliminer le soufre des carburants. Mais actuellement, 96% de la production d’hydrogène provient de combustibles fossiles, principalement de méthane, mais également d’autres gaz naturels, d’hydrocarbures liquides et de charbon. Mais l’hydrogène peut également être produit par un processus propre appelé électrolyse de l’eau. Dans cette méthode, un appareil appelé électrolyseur dégénère de l’eau en molécules d’hydrogène et d’oxygène en utilisant un courant électrique provenant de sources renouvelables. Bien que ce processus ne génère pas d’émissions, le coût de l’électricité – près de la moitié du coût du procédé d’électrolyse de l’eau – rend la méthode économiquement sous-optimale à court terme. Toutefois, la disponibilité croissante de sources d’énergie renouvelables, notamment l’énergie solaire et éolienne, pourrait laisser présager une forte baisse du coût de l’électricité au cours de la prochaine décennie. Il en résulterait que la production d’hydrogène deviendrait via le processus d’électrolyse de l’eau propre, une opération beaucoup plus rentable. «Si la demande en énergie renouvelable augmente et que les prix baissent, le coût de la production d’hydrogène d’ici 2030 pourrait chuter de 70% par rapport aux niveaux actuels», a déclaré Carolina Dores, codirectrice de l’équipe Morgan Stanley European Utility. sont des installations de production d’hydrogène construites conjointement avec des parcs éoliens / solaires, afin que les producteurs puissent produire de l’électricité sans encourir de frais de réseau, de taxes ou de droits Une telle diminution signifierait que le coût de la production d’hydrogène vert en 2030 pourrait être proche de celui de la production via le méthane, un procédé beaucoup moins écologique. « Bien que l’hydrogène vert ne soit pas économique aujourd’hui, nous estimons que la parité des prix est possible », a déclaré Dores. « Cependant, le secteur aura besoin d’un large soutien gouvernemental pour se développer grâce à des incitations telles que des exonérations de redevances pour le réseau électrique, un soutien au développement des infrastructures et des normes environnementales plus sévères. » Au milieu de l’occasion Attention Malgré la propreté de sa production par électrolyse, l’hydrogène est inflammable, incolore et inodore, ce qui rend les contrôles de sécurité plus difficiles. Parmi les autres obstacles, citons l’infrastructure limitée pour le stockage et le transport du gaz, l’inefficacité de la consommation d’énergie dans sa production et la nécessité de disposer de grandes quantités d’eau potable pour l’électrolyse. Mais une production d’hydrogène verte moins chère ouvre la porte aux efforts de réduction des émissions de plusieurs industries, augmentant potentiellement sa demande de manière significative dans les décennies à venir. Par exemple, les véhicules pourraient utiliser des piles à combustible pour stocker l’hydrogène qui serait converti en électricité nécessaire à l’électricité. Alors que les piles à combustible à l’hydrogène sont probablement coûteuses pour les voitures particulières par rapport aux véhicules à piles, le fait que les véhicules puissent fonctionner à longue distance sans charge supplémentaire pourrait intéresser les fabricants de camions et de taxis. En attendant, l’utilisation d’hydrogène vert d’ici 2030 pourrait se révéler plus rentable pour les fabricants de produits chimiques dans leur production d’ammoniac, ce qui réduirait les émissions de carbone. Dans la production d’acier, l’hydrogène vert pourrait remplacer le gaz naturel dans le processus de réduction du minerai de fer en fer. Les sociétés pétrolières européennes utilisent déjà environ 2,1 millions de tonnes d’hydrogène par an dans les raffineries pour éliminer le soufre des carburants. Alors que l’investissement initial dans les électrolyseurs pourrait coûter entre 1 et 2 milliards d’euros, la réglementation à venir va encore réduire les niveaux de soufre acceptables dans certains carburants, ce qui rendra le processus encore plus important.

Loisirs

Avignon: plaisir en cuisine

Dernièrement, j’ai annoncé à mes enfants que c’est moi qui allait préparer le repas. Je pensais leur faire plaisir, mais je les ai vus échanger un regard désespéré. Je dois dire que ça m’a quelque peu piqué au vif. Du coup, j’ai décidé de m’améliorer pour leur faire des petits plats qu’ils réclameraient à corps et à cris. Non mais, bande de sales gosses ! Tout récemment, j’ai même décidé de tenter un cours de patisserie à Avignon pour ce faire. Petit retour d’expérience sur le sujet.  J’avoue que j’avais quelques appréhensions en y allant, mais tout ça s’est vite dissipé une fois sur place : l’ambiance qui régnait était en effet carrément sympathique. Je ne sais trop pourquoi, j’imaginais que j’allais côtoyer des personnes ayant pas mal d’expérience, mais finalement, il y avait des gens d’horizons très variés dans ce cours. Si certains semblaient cuisiner depuis bien longtemps, quand d’autres étaient davantage comme moi. Cette différence de niveau aurait pu poser problème, mais bizarrement, ça a été un réel avantage pour tous : les habitués secondaient en effet les bizuts et leur donnaient leurs petits trucs et astuces. Le chef a sans doute aidé à établir cette ambiance de partage : il flânait en effet sans cesse d’une table à l’autre, vraiment passionné par son sujet. Quand quelqu’un allait dans la mauvaise direction, il ne faisait pas à sa place : il ne montrait pas non plus par lui-même, mais invitait plutôt ceux qui se débrouillaient bien à montrer comment faire, histoire que les gens se rapprochent et commencent à échanger. Bref, ce fut une excellente découverte que celle-là. Au point que je me tâte à refaire un cours d’ici quelques mois ! Pour autant, je ne crois pas que je vais refaire à la maison les plats que j’ai pu apprendre lors de ce cours : s’ils étaient simples à réaliser sous la houlette d’un chef, ils me semblent un peu compliqués à élaborer tout seul (pour quelqu’un de mon niveau, en tout cas). Par contre, j’ai appris quelques techniques vraiment utiles, et ce aussi bien du chef que des autres participants. Et ça, ce n’est pas rien. Tremblez, sales gosses : votre géniteur pourrait bien vous surprendre sous peu ! Je vous mets en lien le site où j’ai dégoté ce cours, si vous voulez en savoir plus… Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de atelier de patisserie à Avignon.

Actu

Évaluations ex-post des politiques d’économie circulaire

Bien que l’Europe soit souvent considérée comme un bon élève des politiques environnementales à l’échelle internationale, elle est restée jusqu’alors plutôt en retrait dans la mise en pratique de l’économie circulaire, à l’exception de quelques pays comme les Pays-Bas ou l’Allemagne. Le Japon est particulièrement avancé dans le bouclage des flux de matières premières, en raison d’une politique ambitieuse de prévention et de recyclage des déchets menée depuis le début des années 1990. Confronté à des contraintes d’espace et de ressources, le Japon a rapidement compris la nécessité de faire transiter son économie vers la circularité. Les politiques amorcées ont été considérablement renforcées au début des années 2000 via des lois de promotion de l’efficacité d’utilisation des ressources, visant à développer une « Sound Material-Cycle Society ». La réglementation met l’accent sur le développement des 3R (reduce, reuse, recycle) et s’est traduite par la mise en place de plans pluriannuels d’amélioration de l’efficacité des ressources ainsi que par un nombre important de lois sectorielles contraignantes. La généralisation de l’écoconception est la priorité de ces plans. Cette politique japonaise ambitieuse n’a pas été un frein à la croissance économique et à l’emploi. Alors que les taux de recyclage atteignent presque 100 % pour les emballages et 95 % pour le béton et le bois de construction, l’étude bilan de 2010 menée par le gouvernement japonais sur la politique des 3R conclut sur la création nette de 120 000 emplois dans le secteur de 2000 à 2007 (qui représente 650 000 emplois au total). Le remanufacturing, concept qui reste peu développé en France, consiste en la production d’un produit neuf à partir de pièces détachées de produits du même type en fin de vie. Il se distingue du recyclage, puisqu’il ne s’agit pas d’une simple récupération de la matière, et de la réutilisation puisque les produits dont les composantes sont récupérées en vue d’une préparation et d’un réemploi, ne sont plus réparables. L’industrie américaine du remanufacturing est la plus développée. Le rapport dédié à ce sujet de la United States International Trade Commission estime le secteur à 180 000 ETP. Entre 2009 et 2011, le secteur a connu une croissance de 15 %. Le chiffre d’affaire total de l’industrie est passé de 37 à 43 milliards de dollars avec une création nette de 14 000 emplois. Cette dynamique ne semble pas ralentir : une estimation plus récente de l’Automative Parts Remanufacturers Association rapportée par la fondation Ellen MacArthur évalue l’industrie du remanufacturing à un total de 500 000 emplois aux Etats-Unis. Les initiatives européennes d’économie circulaire, bien que plus rares, ont également démontré qu’elles sont vectrices de créations d’emplois. Le projet NISP, qui promeut le développement de l’écologie industrielle en Grande-Bretagne, a permis de créer ou de sauvegarder plus de 10 000 emplois. Plus généralement, la Commission estime que 500 000 personnes travaillent en Europe dans l’industrie du recyclage.

Non classé

Les japonais meurent seulent

Hawai Jin Ly fait tomber une armoire de stylos et de briquets dans une poubelle en plastique tandis que sa cliente, une femme récemment veuve dans son milieu des années 50 qui a demandé à ne pas être appelée, est assise sur un tabouret. Le mari de la femme est mort dans un accident d’automobile il y a quelques semaines, la quittant pour laver le spacieux appartement de deux chambres qu’ils ont occupé pendant trois décennies dans la communauté Ebisu moderne de Tokyo. Qu’ils n’aient pas eu d’enfants pour revendiquer des héritages ou de la nostalgie, ses directives à Han ont été simples: «Réduire tout». Han est le directeur de Tail Project, une entreprise d’une demi-douzaine d’années structurée près de Tokyo. des experts pour nettoyer et se débarrasser de la propriété accumulée avec le défunt, quelque chose qui est de plus en plus recherché à mesure que la population du Japon varie et rétrécit. Pour Han, la tâche d’aujourd’hui est assez simple. Elle et quelques membres de son personnel ont commencé à 9 h et la petite camionnette qui traîne dans le quartier sera terminée et retirée avant 13 h. Si le temps le permet, Han prévoit de le faire avec une organisation commerciale qui achète des objets de valeur dépensés, les conditionne dans des unités de stockage de livraison et de livraison internationales, et les exporte aux clients à l’intérieur des Philippines. Des entreprises comme Tail Venture sont de plus en plus nécessaires dans un pays où chaque année beaucoup plus de gens meurent sans personne pour les pleurer. En 2017, il y a eu 946 060 naissances et 1 340 433 décès en Chine, marquant ainsi une septième chute séquentielle de 12 mois de la population. Selon certaines citations, la taille de la population japonaise pourrait diminuer d’un tiers au cours des 50 prochaines années, et il y a peu de chances que l’engouement s’inverse. Les débuts de la difficulté à atteindre les années d’augmentation du pays après la Seconde Guerre mondiale, qui ont créé des degrés d’utilisation inégalés dans la Chine historiquement conservatrice. Mais ce mode de vie a éclaté avec la bulle d’actifs du Japon au début des années 1990. L’insécurité monétaire qui en résulte est de jeunes individus japonais supérieurs à reporter le mariage et les enfants ou les négliger entièrement. Ce qui reste encore est parmi les premières communautés du monde, d’innombrables maisons chargées d’ordures, ainsi qu’une pénurie de bénéficiaires. Selon l’Organisation des spécialistes du nettoyage, un groupe d’industries japonais, ses 8 000 sociétés associées réalisent conjointement un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars par an. Au cours des cinq à dix prochaines années, le public veut que son effectif double. Pour le moment, Han est occupé. Via un traducteur, elle décrit l’enlèvement d’une propriété avant Fukushima, 180 kilomètres pour le nord; prochain travail elle est destinée à Yokohama, 20 mls, pour remplir un consommateur de plus. Maintenant, elle plonge dans la poubelle. Les boîtes non ouvertes d’agrafes sont placées dans le carton de revente, tandis que les stylos sont jetés à la fin par un sac de transport des ordures. Elle choisit un petit cylindre brun clair. C’est une clôture privée, appliquée similaire à une marque au Japon. Elle se transforme pour la veuve. « Voudriez-vous cela? » La veuve lève les yeux. Elle porte une expérience ovale étendue, son œil entouré de cercles plus sombres. Au cours de la matinée, elle est passée doucement de contemplative à bavard, même amusante, remplie de comptes d’elle tout à coup une vie conjugale fanée. Bien qu’avec la requête de Han, elle s’installe dans ce qui est apparemment son statut de terrain: l’épuisement. « Non, merci », affirme-t-elle en utilisant un shake de votre part.