Non classé

The Leader Macron has become the most unpopular of your Presidents of France.

Emmanuel Macron a déclaré qu’il aimerait réglementer comme le seigneur romain Jupiter, en restant plus haut que la mêlée des problèmes quotidiens du gouvernement. Mais moins de quatre-vingt-dix jours après le début de son mandat au bureau du président français, le montant de ses sondages montre à quel point il est mortel. Un sondage organisé par le Royaume-Uni, YouGov, a déclaré que le statut d’autorisation du jeune dirigeant avait diminué de 7 positions, passant de 43% à 36% au cours du mois de juillet. Le sondeur français Ifop a observé la même baisse au cours de la même période, notant que: «Hormis Jacques Chirac en juillet 1995, un président récemment élu n’a jamais vu sa réputation diminuer autant au cours de l’été juste après la sélection.» La baisse de popularité est à la baisse. En fait, le mois de juin a été bien différent de celui où chacun des Macron, accompagné de son fantastique Premier ministre, Édouard Philippe, avait découvert que leur taux d’approbation grimpait de 62 à 64% et de 55 à 64%, en conséquence. Cependant, la mesure de reconnaissance n’est pas totalement au-delà de la norme. L’ancien directeur, François Hollande, a aimé l’acceptation de 56% avec exactement la même période de sa présidence; son prédécesseur, Nicolas Sarkozy, a été augmenté, se tenant debout à 66%. Le plus inhabituel est peut-être simplement combien de temps l’acceptation de Macron a été gérée. Sa présidence a profité de plusieurs avantages au début, notamment des réunions importantes avec des dirigeants inconnus, par exemple le président Trump (tous deux engagés dans une célèbre poignée de main dont Macron a admis par la suite qu’il était censé révéler qu’il ne ferait pas de concessions) et le président russe Vladimir Poutine (à travers lequel Macron a publiquement accusé les médias européens d’être «des agents d’effet et de propagande»). Même si ce type de conférences a évoqué le récit diplomatique de Macron (la France a été classée meilleure énergie douce du monde dans un questionnaire annuel, dépassant à la fois le dollar américain et la Grande-Bretagne), elles permettent de calmer les inquiétudes domestiques. Le politologue de l’Ifop Jérôme Fourquet a expliqué que la fanfare entourant Trump et les voyages de Poutine avaient été réalisés avec colère contre le grand public français, avec qui aucun des deux dirigeants n’était connu. Mais il a également attribué la baisse de popularité de Macron à son désir de revaloriser la règle du travail dans le pays, ainsi qu’à la réduction de 850 millions d’euros qu’elle avait offerte aux finances de la défense de cette année, un déménagement qui a entraîné la démission de Common Pierre de Villiers, chef de l’armée française. «Il a milité sur l’idée de perdre du poids pour le statut de français et de le rendre finalement plus compétitif», m’a confié le Dr David Lees, spécialiste du Warwick College spécialisé dans la politique nationale française. « Ces choses vont confirmer leur impopularité, car elles impliquent un grand bouleversement de la manière dont la France organise son organisation ». Ce bouleversement consiste notamment à réduire d’un tiers le nombre de législateurs français, à minimiser les investissements publics et à employer une variété de marchés. réformes financières agréables (comme les nouvelles politiques qui donnent aux employeurs une plus grande flexibilité d’utilisation et de possibilité de chauffer les foyers).

Loisirs

Ils refont le Vietnam

Les supposées attaques d’août 1964 contre deux destroyers américains dans le golfe du Tonkin a inauguré une nouvelle phase de la guerre aérienne en Asie du Sud-Est. Alors président Lyndon Johnson a qualifié ces incidents d ’« agression ouverte en haute mer »et a reçu une large autorisation du Congrès pour élargir la guerre au Vietnam, en commençant par avec des frappes aériennes navales de représailles contre les installations navales et les installations de stockage de pétrole dans Vietnam du Nord. Vers la fin de 1964, Johnson a lancé l’opération Barrel Roll, une deuxième nombre de missions d’interception parcourues par les routes communistes en développement dans le panhandle laotien. Après que le Viet Cong ait attaqué la base aérienne américaine de Pleiku en Février 1965, Johnson riposte par des raids contre des cibles situées juste au nord de la Zone militarisée (DMZ). Initialement connu sous le nom de Flaming Dart, ces missions de représailles s’est transformée en une campagne aérienne soutenue à partir de mars 1965. L’opération Rolling Thunder a été la plus longue campagne aérienne de l’armée américaine. l’histoire. Entre le 2 mars 1965 et le 31 octobre 1968, la marine, la force aérienne et la marine l’aviation a volé un million de sorties et largué un demi million de tonnes de bombes sur Vietnam du Nord. Rolling Thunder avait plusieurs objectifs. On était de persuader Hanoi à renoncer à son soutien à l’insurrection du Sud; un autre était d’élever le le moral des élites militaires et politiques du Sud-Vietnam; et un troisième était inter- diction – frappe des objectifs logistiques tels que ponts, routes et voies ferrées, signé pour réduire la capacité de Hanoi à soutenir la guerre dans le Sud. La majorité des missions Rolling Thunder ont été effectuées par des forces aériennes américaines. combattants basés en Thaïlande et des escadrons de combat et d’attaque de la marine américaine sur des transporteurs dans le golfe du Tonkin (appelé «station Yankee»). Pilotes et équipage Les membres de ces unités ont subi une part disproportionnée des forces armées. pertes de combat des vices. Sur les 532 prisonniers de guerre renvoyés par le nord du Viet Nam, en 1973, 501 aviateurs ont été abattus au nord, la plupart pendant Rouler le tonnerre. Pour plus d’informations, allez sur le site de ce baptême en avion de chasse.

Actu

Utiliser de l’hydrogène

L’hydrogène pourrait-il être la clé d’un monde sans carbone? Bien qu’un pourcentage élevé de l’hydrogène actuellement produit provienne de combustibles fossiles, une nouvelle baisse du coût de la production d’hydrogène «vert» sans émissions pourrait accélérer l’utilisation de l’hydrogène dans diverses applications industrielles. Avec l’augmentation de la demande de capacités en énergies renouvelables et la chute des prix, le coût de la production d’hydrogène d’ici 2030 pourrait chuter de 70% par rapport aux niveaux actuels. Selon un récent rapport de Morgan Stanley Research, le gaz vert à l’hydrogène semble être un moyen prometteur de réduire les émissions des procédés industriels existants, de fournir du carburant pour les autobus, les camions et les navires et d’aider les entreprises de services publics à gérer la stabilité du réseau électrique. Alors que l’hydrogène vert doit encore surmonter les obstacles à une adoption généralisée, les avantages d’une réduction globale du carbone pourraient en retirer des avantages dans le monde entier. Une adoption généralisée pourrait initier une révolution de l’hydrogène, en aidant pays et secteurs d’atteindre les objectifs de décarbonisation promis. Une association industrielle suggère que d’ici 2050, l’hydrogène pourrait représenter des ventes annuelles globales de 2 500 milliards de dollars américains, en hausse de 130 milliards de dollars en 2017. Plusieurs industries utilisent déjà l’hydrogène gazeux dans des processus industriels, le plus souvent dans la production d’ammoniac. Les sociétés pétrolières et gazières utilisent également l’hydrogène pour éliminer le soufre des carburants. Mais actuellement, 96% de la production d’hydrogène provient de combustibles fossiles, principalement de méthane, mais également d’autres gaz naturels, d’hydrocarbures liquides et de charbon. Mais l’hydrogène peut également être produit par un processus propre appelé électrolyse de l’eau. Dans cette méthode, un appareil appelé électrolyseur dégénère de l’eau en molécules d’hydrogène et d’oxygène en utilisant un courant électrique provenant de sources renouvelables. Bien que ce processus ne génère pas d’émissions, le coût de l’électricité – près de la moitié du coût du procédé d’électrolyse de l’eau – rend la méthode économiquement sous-optimale à court terme. Toutefois, la disponibilité croissante de sources d’énergie renouvelables, notamment l’énergie solaire et éolienne, pourrait laisser présager une forte baisse du coût de l’électricité au cours de la prochaine décennie. Il en résulterait que la production d’hydrogène deviendrait via le processus d’électrolyse de l’eau propre, une opération beaucoup plus rentable. «Si la demande en énergie renouvelable augmente et que les prix baissent, le coût de la production d’hydrogène d’ici 2030 pourrait chuter de 70% par rapport aux niveaux actuels», a déclaré Carolina Dores, codirectrice de l’équipe Morgan Stanley European Utility. sont des installations de production d’hydrogène construites conjointement avec des parcs éoliens / solaires, afin que les producteurs puissent produire de l’électricité sans encourir de frais de réseau, de taxes ou de droits Une telle diminution signifierait que le coût de la production d’hydrogène vert en 2030 pourrait être proche de celui de la production via le méthane, un procédé beaucoup moins écologique. « Bien que l’hydrogène vert ne soit pas économique aujourd’hui, nous estimons que la parité des prix est possible », a déclaré Dores. « Cependant, le secteur aura besoin d’un large soutien gouvernemental pour se développer grâce à des incitations telles que des exonérations de redevances pour le réseau électrique, un soutien au développement des infrastructures et des normes environnementales plus sévères. » Au milieu de l’occasion Attention Malgré la propreté de sa production par électrolyse, l’hydrogène est inflammable, incolore et inodore, ce qui rend les contrôles de sécurité plus difficiles. Parmi les autres obstacles, citons l’infrastructure limitée pour le stockage et le transport du gaz, l’inefficacité de la consommation d’énergie dans sa production et la nécessité de disposer de grandes quantités d’eau potable pour l’électrolyse. Mais une production d’hydrogène verte moins chère ouvre la porte aux efforts de réduction des émissions de plusieurs industries, augmentant potentiellement sa demande de manière significative dans les décennies à venir. Par exemple, les véhicules pourraient utiliser des piles à combustible pour stocker l’hydrogène qui serait converti en électricité nécessaire à l’électricité. Alors que les piles à combustible à l’hydrogène sont probablement coûteuses pour les voitures particulières par rapport aux véhicules à piles, le fait que les véhicules puissent fonctionner à longue distance sans charge supplémentaire pourrait intéresser les fabricants de camions et de taxis. En attendant, l’utilisation d’hydrogène vert d’ici 2030 pourrait se révéler plus rentable pour les fabricants de produits chimiques dans leur production d’ammoniac, ce qui réduirait les émissions de carbone. Dans la production d’acier, l’hydrogène vert pourrait remplacer le gaz naturel dans le processus de réduction du minerai de fer en fer. Les sociétés pétrolières européennes utilisent déjà environ 2,1 millions de tonnes d’hydrogène par an dans les raffineries pour éliminer le soufre des carburants. Alors que l’investissement initial dans les électrolyseurs pourrait coûter entre 1 et 2 milliards d’euros, la réglementation à venir va encore réduire les niveaux de soufre acceptables dans certains carburants, ce qui rendra le processus encore plus important.

Loisirs

Avignon: plaisir en cuisine

Dernièrement, j’ai annoncé à mes enfants que c’est moi qui allait préparer le repas. Je pensais leur faire plaisir, mais je les ai vus échanger un regard désespéré. Je dois dire que ça m’a quelque peu piqué au vif. Du coup, j’ai décidé de m’améliorer pour leur faire des petits plats qu’ils réclameraient à corps et à cris. Non mais, bande de sales gosses ! Tout récemment, j’ai même décidé de tenter un cours de patisserie à Avignon pour ce faire. Petit retour d’expérience sur le sujet.  J’avoue que j’avais quelques appréhensions en y allant, mais tout ça s’est vite dissipé une fois sur place : l’ambiance qui régnait était en effet carrément sympathique. Je ne sais trop pourquoi, j’imaginais que j’allais côtoyer des personnes ayant pas mal d’expérience, mais finalement, il y avait des gens d’horizons très variés dans ce cours. Si certains semblaient cuisiner depuis bien longtemps, quand d’autres étaient davantage comme moi. Cette différence de niveau aurait pu poser problème, mais bizarrement, ça a été un réel avantage pour tous : les habitués secondaient en effet les bizuts et leur donnaient leurs petits trucs et astuces. Le chef a sans doute aidé à établir cette ambiance de partage : il flânait en effet sans cesse d’une table à l’autre, vraiment passionné par son sujet. Quand quelqu’un allait dans la mauvaise direction, il ne faisait pas à sa place : il ne montrait pas non plus par lui-même, mais invitait plutôt ceux qui se débrouillaient bien à montrer comment faire, histoire que les gens se rapprochent et commencent à échanger. Bref, ce fut une excellente découverte que celle-là. Au point que je me tâte à refaire un cours d’ici quelques mois ! Pour autant, je ne crois pas que je vais refaire à la maison les plats que j’ai pu apprendre lors de ce cours : s’ils étaient simples à réaliser sous la houlette d’un chef, ils me semblent un peu compliqués à élaborer tout seul (pour quelqu’un de mon niveau, en tout cas). Par contre, j’ai appris quelques techniques vraiment utiles, et ce aussi bien du chef que des autres participants. Et ça, ce n’est pas rien. Tremblez, sales gosses : votre géniteur pourrait bien vous surprendre sous peu ! Je vous mets en lien le site où j’ai dégoté ce cours, si vous voulez en savoir plus… Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette expérience de atelier de patisserie à Avignon.

Actu

Évaluations ex-post des politiques d’économie circulaire

Bien que l’Europe soit souvent considérée comme un bon élève des politiques environnementales à l’échelle internationale, elle est restée jusqu’alors plutôt en retrait dans la mise en pratique de l’économie circulaire, à l’exception de quelques pays comme les Pays-Bas ou l’Allemagne. Le Japon est particulièrement avancé dans le bouclage des flux de matières premières, en raison d’une politique ambitieuse de prévention et de recyclage des déchets menée depuis le début des années 1990. Confronté à des contraintes d’espace et de ressources, le Japon a rapidement compris la nécessité de faire transiter son économie vers la circularité. Les politiques amorcées ont été considérablement renforcées au début des années 2000 via des lois de promotion de l’efficacité d’utilisation des ressources, visant à développer une « Sound Material-Cycle Society ». La réglementation met l’accent sur le développement des 3R (reduce, reuse, recycle) et s’est traduite par la mise en place de plans pluriannuels d’amélioration de l’efficacité des ressources ainsi que par un nombre important de lois sectorielles contraignantes. La généralisation de l’écoconception est la priorité de ces plans. Cette politique japonaise ambitieuse n’a pas été un frein à la croissance économique et à l’emploi. Alors que les taux de recyclage atteignent presque 100 % pour les emballages et 95 % pour le béton et le bois de construction, l’étude bilan de 2010 menée par le gouvernement japonais sur la politique des 3R conclut sur la création nette de 120 000 emplois dans le secteur de 2000 à 2007 (qui représente 650 000 emplois au total). Le remanufacturing, concept qui reste peu développé en France, consiste en la production d’un produit neuf à partir de pièces détachées de produits du même type en fin de vie. Il se distingue du recyclage, puisqu’il ne s’agit pas d’une simple récupération de la matière, et de la réutilisation puisque les produits dont les composantes sont récupérées en vue d’une préparation et d’un réemploi, ne sont plus réparables. L’industrie américaine du remanufacturing est la plus développée. Le rapport dédié à ce sujet de la United States International Trade Commission estime le secteur à 180 000 ETP. Entre 2009 et 2011, le secteur a connu une croissance de 15 %. Le chiffre d’affaire total de l’industrie est passé de 37 à 43 milliards de dollars avec une création nette de 14 000 emplois. Cette dynamique ne semble pas ralentir : une estimation plus récente de l’Automative Parts Remanufacturers Association rapportée par la fondation Ellen MacArthur évalue l’industrie du remanufacturing à un total de 500 000 emplois aux Etats-Unis. Les initiatives européennes d’économie circulaire, bien que plus rares, ont également démontré qu’elles sont vectrices de créations d’emplois. Le projet NISP, qui promeut le développement de l’écologie industrielle en Grande-Bretagne, a permis de créer ou de sauvegarder plus de 10 000 emplois. Plus généralement, la Commission estime que 500 000 personnes travaillent en Europe dans l’industrie du recyclage.

Non classé

Les japonais meurent seulent

Hawai Jin Ly fait tomber une armoire de stylos et de briquets dans une poubelle en plastique tandis que sa cliente, une femme récemment veuve dans son milieu des années 50 qui a demandé à ne pas être appelée, est assise sur un tabouret. Le mari de la femme est mort dans un accident d’automobile il y a quelques semaines, la quittant pour laver le spacieux appartement de deux chambres qu’ils ont occupé pendant trois décennies dans la communauté Ebisu moderne de Tokyo. Qu’ils n’aient pas eu d’enfants pour revendiquer des héritages ou de la nostalgie, ses directives à Han ont été simples: «Réduire tout». Han est le directeur de Tail Project, une entreprise d’une demi-douzaine d’années structurée près de Tokyo. des experts pour nettoyer et se débarrasser de la propriété accumulée avec le défunt, quelque chose qui est de plus en plus recherché à mesure que la population du Japon varie et rétrécit. Pour Han, la tâche d’aujourd’hui est assez simple. Elle et quelques membres de son personnel ont commencé à 9 h et la petite camionnette qui traîne dans le quartier sera terminée et retirée avant 13 h. Si le temps le permet, Han prévoit de le faire avec une organisation commerciale qui achète des objets de valeur dépensés, les conditionne dans des unités de stockage de livraison et de livraison internationales, et les exporte aux clients à l’intérieur des Philippines. Des entreprises comme Tail Venture sont de plus en plus nécessaires dans un pays où chaque année beaucoup plus de gens meurent sans personne pour les pleurer. En 2017, il y a eu 946 060 naissances et 1 340 433 décès en Chine, marquant ainsi une septième chute séquentielle de 12 mois de la population. Selon certaines citations, la taille de la population japonaise pourrait diminuer d’un tiers au cours des 50 prochaines années, et il y a peu de chances que l’engouement s’inverse. Les débuts de la difficulté à atteindre les années d’augmentation du pays après la Seconde Guerre mondiale, qui ont créé des degrés d’utilisation inégalés dans la Chine historiquement conservatrice. Mais ce mode de vie a éclaté avec la bulle d’actifs du Japon au début des années 1990. L’insécurité monétaire qui en résulte est de jeunes individus japonais supérieurs à reporter le mariage et les enfants ou les négliger entièrement. Ce qui reste encore est parmi les premières communautés du monde, d’innombrables maisons chargées d’ordures, ainsi qu’une pénurie de bénéficiaires. Selon l’Organisation des spécialistes du nettoyage, un groupe d’industries japonais, ses 8 000 sociétés associées réalisent conjointement un chiffre d’affaires de 4,5 milliards de dollars par an. Au cours des cinq à dix prochaines années, le public veut que son effectif double. Pour le moment, Han est occupé. Via un traducteur, elle décrit l’enlèvement d’une propriété avant Fukushima, 180 kilomètres pour le nord; prochain travail elle est destinée à Yokohama, 20 mls, pour remplir un consommateur de plus. Maintenant, elle plonge dans la poubelle. Les boîtes non ouvertes d’agrafes sont placées dans le carton de revente, tandis que les stylos sont jetés à la fin par un sac de transport des ordures. Elle choisit un petit cylindre brun clair. C’est une clôture privée, appliquée similaire à une marque au Japon. Elle se transforme pour la veuve. « Voudriez-vous cela? » La veuve lève les yeux. Elle porte une expérience ovale étendue, son œil entouré de cercles plus sombres. Au cours de la matinée, elle est passée doucement de contemplative à bavard, même amusante, remplie de comptes d’elle tout à coup une vie conjugale fanée. Bien qu’avec la requête de Han, elle s’installe dans ce qui est apparemment son statut de terrain: l’épuisement. « Non, merci », affirme-t-elle en utilisant un shake de votre part.

Actu

Conférence RH à Cuba

Dernièrement, j’ai suivi un colloque à Cuba, et j’ai pu noter comme ce genre d’événement pouvait nuire à celui qui n’en connaît pas les usages. C’était en effet le premier colloque d’un collègue qui a été embauché le mois dernier. Et lors des traditionnelles activités qui sont organisées dans ce type d’événement, il n’a pas daigner s’essayer au break dance. Si ça n’est bien sûr pas un crime, c’est tout de même le genre de comportement qui a des conséquences. Pourquoi ? Parce que dans un colloque, le plus important n’est pas tant dans les séances de travail que dans les moments de détente. C’est là, véritablement, que se nouent les relations entre personnes et la réputation de chacun.
Cette personne n’avait sans doute pas envie de faire du break dance, et cela se comprend. Mais en se démarquant ainsi, en refusant d’emblée de participer avec le groupe, ce collègue est devenu en une seconde le rabat-joie de service. Et depuis notre retour, j’ai pu constater qu’il n’est désormais plus le nouveau sympa avec qui on a envie de discuter pendant la pause : c’est désormais le gars qui ne souhaite pas se mélanger aux autres.
S’il y a bien une chose que j’ai apprise au fil des années, c’est que, de manière générale, il ne faut jamais blackbouler les activités mises en place. Il est préférable de tout accepter, même lorsqu’on se sent un peu imbécile de faire du break dance alors qu’on sait à peine danser le slow. Mais c’est important si l’on veut être bien intégré dans l’équipe. La personne qui regimbe fait certes preuve de personnalité, mais elle s’exclut de la vie du groupe. Refuser de participer aux jeux peut paraître insignifiant, mais cela a des répercussions bien réelle.
Il faut bien comprendre que dans un colloque, les collègues ne deviennent pas pour autant des amis. On peut se divertir mais il faut surveiller son image. Parce que le moindre écart est remarqué, et notamment le moindre refus. J’ai vu des collègues se mordre les doigts pendant des années suite ce genre d’écart. Parce qu’à cause de ces écarts momentanés, ils avaient été durablement mis à l’écart dans le travail.
Pour ma part, je me suis essayé au break dance, et si je me suis pas mal ridiculisé à ce moment (comme tous les autres, fort heureusement), j’ai dans l’ensemble bien apprécié ce colloque. 🙂 Retrouvez toutes les infos sur ce séminaire entreprise à Cuba en suivant le lien.

Actu

Dépenses de santé croissantes non liées à l’amélioration de la santé

En prévention, les sommes mobilisées sont loin d’être négligeables comme l’indique une étude publiée en juillet 2006, réalisée à partir des Comptes nationaux de la santé de 2002 : la France consacre 10,5 milliards d’euros à la prévention, soit 6,4 % de ses dépenses de santé. Ainsi que le relève la Conférence nationale de santé dans son avis du 22 mars 2007, « Plus que son montant, c’est l’absence de stratégies évaluées en promotion de la santé, élaborées et organisées avec le système de soin et avec l’ensemble des acteurs concernés en dehors du soin qui réduit l’efficacité de la dépense globale de prévention. » L’attraction exercée par les grandes métropoles prive progressivement les populations des zones suburbaines ou rurales écartées d’accès aux soins car les professionnels s’y trouvent inexorablement attirés du fait d’infrastructures de meilleure qualité dans tous les domaines, culturels, de transports, de loisirs ou sanitaires. Certaines zones géographiques sont sous dotées en terme d’offre de soins et parfois totalement dépourvues d’une offre de soins à tarif opposable. Elles contribuent à renvoyer les personnes en demande de soins vers l’hôpital public et, en son sein, vers les urgences. Ces territoires, à découvert d’une offre utile, viennent renchérir encore l’accès aux soins pour une population alors contrainte d’ajouter des frais de déplacement parfois considérables au prix des consultations et des traitements. Ainsi que le fait remarquer le Dr TARPIN de Espace Généraliste sur les 14 millions de passage par an dans les services d’urgence, 11 millions sont injustifiés et ne relèvent pas des urgences dont 8,8 millions ont lieu pendant les heures ouvrables et 50% de ces patients ont des symptômes depuis plus de 48h. C’est une illustration de la négation de la prévention laquelle repose sur le dialogue avec un professionnel qui connaît le contexte de ce milieu dans lequel évolue la personne. Il en résulte une dépense considérable d’examens qui ne seraient pas nécessaires si le patient était vu dans son milieu ou porteur d’un dossier médical aux informations sûres. Le principe de précaution et la judiciarisation de l’exercice médical, de surcroît, interdit aux urgentistes d’effectuer sereinement le premier métier de l’urgence qui consiste à trier les patients selon le degré de risque. Le défaut de connaissance réduit les critères d’éviction des urgences. En outre, la tarification à l’activité peut générer, plus ou moins consciemment, des examens inadéquats dans le but non d’aider au diagnostic mais de justifier la présence de matériels coûteux et de soutenir l’activité de l’hôpital pour lui procurer les revenus dont il manquerait. Les territoires où l’offre publique hospitalière est désormais insuffisante, faute de praticiens, contribuent à l’augmentation de la dépense mais surtout au renoncement aux soins et à l’entrée tardive et coûteuse dans le système, génératrice de handicaps, d’incapacités et de mortalité prématurée évitable. Le coût des groupes homogènes de séjour est, par exemple, beaucoup plus élevé à l’hôpital AVICENNE en Seine-Saint-Denis ou dans les quartiers Nord de Marseille. S’y ajoutent les indemnités pour perte d’activité ou incapacité.

Actu

Le président qui fait rire

L’élection de Donald Trump a des effets assez inattendus auxquels on ne prête pas forcément attention, de ce côté de l’Atlantique. Il y a quelques jours, j’ai en effet fait un voyage de groupe en Bielorussie et j’en suis venu durant le séjour à parler avec un expatrié qui vit à la Nouvelle-Orléans depuis plusieurs années. Et il m’a confié que les late shows américains, qui sont de véritables institutions là-bas, n’ont jamais autant progressé que depuis la nomination de Trump ! Ce dernier a en effet fait exploser leur popularité (qui était déjà grande à la base). C’est que le Jimmy Kimmel Live !, le Late show with David Letterman et tous les autres se font depuis quelques temps un plaisir de contrefaire l’homme d’affaires à tout bout de champ. Et les gens en sont fans ! Trump a déjà démontré qu’il est le pire président imaginable, mais il est indéniable qu’il a un côté vivifiant. Et les raisons ne manquent pas pour expliquer ce phénomène. D’abord, même s’il a bien été élu dans les règles de l’art, ça a tout de même été de justesse : plus de gens ont voté pour Clinton, au final, mais Trump a remporté les Etats clefs, ce qui lui a permis de l’emporter sur la dernière ligne. Après, Trump est un être qui, fondamentalement, divise plus qu’il ne rassemble : ses prises de position et ses nombreuses incartades démentielles font qu’il sert de poil à gratter permanent. Et puis, aussi, le personnage est croustillant. Il a en effet toutes les « qualités » requises pour crever l’écran : c’est un homme au teint plus qu’étrange, à la chevelure très caractéristique, et pour qui tout est soit blanc, soit noir. Bref, c’est un véritable trésor pour Kimmel et consorts : cet homme est un sacré numéro avant même d’être caricaturé ! Au fait, j’ai été enchanté par ce voyage. Si vous ne connaissez pas la destination, ça vaut vraiment le coup. Si vous voulez plus d’informations, suivez le guide ! Plus d’information sur ce voyage en Biélorussie en allant sur le site internet de l’organisateur.

Actu

Secteur des chemins de fer

L’État français a quelque difficulté à surmonter les contradictions entre ses multiples objectifs en tant qu’actionnaire, ainsi que l’a relevé la Cour des comptes française. Par exemple, malgré un renforcement du cadre financier établi en 2014, la dette du gestionnaire des infrastructures ferroviaires, SNCF Réseau, a continué à augmenter. En conséquence, la dette nette a atteint 44,9 milliards d’EUR en décembre 2016. Elle devrait, en outre, augmenter au cours de la prochaine décennie malgré la signature, avec l’État en avril 2017, du contrat de performance pour la période 2017-2026. Dans un scénario moins optimiste que celui envisagé par le gouvernement, la perte de la part modale du rail consécutive à la concurrence d’autres modes de transport (qui a été activement promue par l’État, notamment à la faveur de la réforme du secteur des autocars) est susceptible d’avoir des répercussions négatives sur l’évolution de la dette de la SNCF. En outre, selon le rapport publié par la Cour des comptes française — voir: Cour des comptes (2017d) — la principale filiale de fret de SNCF Mobilités, Fret SNCF, est également une source de préoccupation en raison de l’accroissement de sa dette. La concurrence sur le marché a actuellement des répercussions sur l’opérateur historique ferroviaire (SNCF Mobilités), en raison de la concurrence exercée par différents modes de transport. La récente libéralisation du marché des services de transport interurbain en autocar adoptée avec la loi Macron (en 2015, le transport par autocar a été libéralisé pour les distances supérieures à 100 kilomètres) a été mise en œuvre avec succès. En particulier, elle a des effets importants sur la mobilité des voyageurs: en 2016, on estime que les voyages supplémentaires ont augmenté de 20 % par rapport à ce qui se serait produit en l’absence de libéralisation de ce marché. En outre, la dynamique semble si rapide que la structure du marché montre des signes de maturité et commence à être saturée: le nombre d’opérateurs dotés d’un réseau national a été ramené de 5 à 3 et les prix au km ont augmenté de 25 % par rapport à l’année 2015 — voir ARAFER (2017).